Archive pour janvier, 2016

Massada

images

Un paysage de désolation grandiose
Couronné d’un piton rocheux en plateau.
C’est à pied que je gravis en quelques pauses
Ce symbole d’une mémoire collective, un cadeau
Que je dois à Flavius Josèphe et à ses écrits.
D’un accès limité vers L’Orient et l’Occident
La piste étroite et sinueuse du serpent je pris
Vers cette forteresse appelée Massada par Jonathan.
Ce château de la colline accueillit Hérode
Qui fortifia pour se protéger en ce Metzuda
Un mur-casemate en pierre blanche contre l’exode
Des Juifs, de Marc Antoine et son armée de soldats.
Citadelle Royale, deux palais luxueux spectaculaires
Furent creusés dans le rocher jusqu’au sommet.
De cette proue le panorama d’une beauté légendaire
A assisté à l’assaut des Romains aux torches enflammées.
Un suicide collectif d’un suaire tragique de l’histoire
Dans un silence de mort, les Romains découvrirent
Ces Zélotes épris de liberté. Ils s’exterminèrent pour leur gloire.
Quelques rescapés racontèrent le courage de Ben Jaïr.
La mer Morte vue de ces ruines de Massada
A bu tout le sel des larmes de ces combats. 

23 Avril 1994
Jeannine Castel

Publié dans:voyage |on 31 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Le monde de la nuit

Unknown

L’horloge trouble le silence
De la nuit d’un monde endormi.
Il est tard et la cadence
Est au ralenti, mon ami.
Les couche-tôt, les lève-tard s’éveillent
D’un sommeil agité par la nuit …
Il fait noir sur le jour de la veille
Tombé au fin fond du puits.
Fedora cherche quelque câlin,
Le petit matin n’est pas loin.
Dimanche est là, serein.
Les aiguilles tournent avec entrain,
Graffias baille et s’étire,
Sur mes genoux s’endort en ronronnant,
Pelote avec ses griffes mon déplaisir.
Tout près de l’Amérique, la pensée de Nathan.
L’horloge anime le silence,
Je vais dormir sur le vacarme.
J’aime la nuit et ses vacances,
Le jour saura rompre son charme.

 

31 Janvier 2016
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 31 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Le danger du perroquet

images

La parole échoue, la violence réussit.  -  Jean Starobinsky

 

Je volais
De cette cage qui m’enfermait
Mêmes mots, mêmes pensées,
L’esprit s’appauvrissait.

J’empruntais.
Rapport qui m’enrichissait
D’autres mots, d’autres pensées
Le langage change.

Je répète
Ce que dit le gypaète
Devinettes de vie nette
Le silence interprète.

J’imagine
La vérité me débine
Cherche-midi me contamine
Nouvelle bobine.

 

8 Mai 1993
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 31 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Assouan

images

Felouques blanches qui glissent sur les eaux,
Le Nil baigne les rives Eléphantine.
Assouan sous un souffle lumineux et chaud
S’étend à mes pieds du haut de ses ruines.
Autrefois nommée Syène, aux abondantes carrières,
D’une époque romaine sous Tibère,
Juvénal, ce poète, y vécut, sa galère.
Un puits aux parois illuminées au solstice solaire,
Colline Tabet el-Haua et sa nécropole millénaire.
Cette cime des vents aux escaliers étroits
Abrite les petits temples aux tombes funéraires,
Sirempout II, prince défunt, mange et boit …
Un mur de syénite prêt au polissage,
L’obélisque inachevé aux fissures cruelles.
Toute une dynastie retenue dans un barrage
Des remous tourbillonnants de l’île de Sehel.
Le Nil, survivant, s’écoule en silence
Sous le souffle en suspens de l’Aga Khan,
La digue d’Assouan offrit l’abondance
A ces terres au patrimoine si grand.

 

 

16 Décembre 1995
Jeannine Castel

Publié dans:voyage |on 30 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

De l’autre côté

images

J’avais, il y a fort longtemps, dit OUI
A l’homme de l’ombre qui tua ma vie,
Armoire naïve encombrée d’une beauté fatale
Que n’ai-je gardé, pour la beauté, cette fringale !
Elle me poussait hors du foyer à brègues
Vers un incendie plus démesuré où pèguent
Quelques résidus d’un équilibre qui me sauva
De la folie où il m’installa.
Restitution des costumes, chacun retrouve
Le séjour initial qui alimente la louve.
Sécurité en l’autre, j’ai enfin trouvé
L’appui qui me libère de ma tranquillité.
J’ai su avec humour et l’aide des circonstances
Rire de ces légers contours qui charmèrent ma délivrance.
Je dormais dans les oeuvres d’art, accompagnée,
Vers une sortie où bannière et croix se rejoignaient.
Si l’on oublie jamais de telles bavures
C’est qu’à l’ombre des lauriers, pour les moisissures,
S’épanouit l’été par sélection naturelle
Où je vais, enflammée, par ce corps qui appelle.
Ecrire l’amour pour ne l’avoir jamais connu,
Peux-tu OUI si facile
Me dire si tu vécus docile ?

 

 

6 Février 1993
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

El Qousour

images

Louxor, antique Thèbes aux cent portes,
Cité célèbre aux maisons riches de trésors,
Capitale des pharaons du Nouvel Empire
Chaque victoire, chaque triomphe érigeait
Pour le Dieu Amon, les temples d’une ville forte
Dont le déclin en ruines fit naître Louxor.
Témoin de la splendeur passée de siècles en délire
Ce temple d’Amon par Ramsès II eut son apogée.

Une allée de sphinx mène à l’entrée
Marquée par un monumental pylône gravé
Racontant la campagne militaire de Ramsès II
Par ce poème de Pentaur, bas reliefs illustrés.
Obélisque solitaire, crayon géant sur pavés,
Gardé par les colosses de granit rose de Ramsès II.
Assis sur un trône, le pharaon en famille
Siège près de Néfertari et Mérit-Amon sa fille.

Entrée triomphale, je pénètre dans la cour
Encadrée d’une double file de colonnes à chapiteaux
Espacées de statues osiriaques décadentes
Qu’Aménophis a désertées depuis longtemps.
Ces vestiges d’édifices sans beaux atours
Aux nombreuses chapelles n’ont plus d’oripeaux.
Un harem dépossédé de ses amantes.
Fascinée par ces bâtisseurs, piétrifiés, déments …

Pour encore te contempler, je sors et marche en reculant.

 

15 Décembre 1995
Jeannine Castel

.

Publié dans:voyage |on 30 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

La jolie pécheresse

Unknown - copie

Les yeux larmoyants tournés vers le ciel,
Les lèvres balbutiant quelque invocation,
La pécheresse aux nombreuses évocations
N’a plus la rousseur maudite du fiel.
Le buste dénudé laisse entrevoir
La corpulence d’un corps sans défense
Revêtu de voiles, à la tombée du soir,
Une main sur le coeur pour la repentance.
D’une réputation à ce jour discutable
De rumeurs répandues autour d’une table,
Un crâne évoque le Mont Golgotha.
Elle fut celle que Jésus réssucité visita.
De Marie de Béthanie à Marie de Magdala
 A la pécheresse anonyme, le mystère s’installa.
Femme libre et cultivée, les trompettes
Firent à cette Sainte la renommée
D’une longue chevelure toute en frisettes
Dont Titien aussi fut embaumé.
De pénitente à repentante légendaire
Elle a eu le privilège de croiser en chemin
Le pinceau de Titien.

 

 

13 Septembre 2000 – Musée de l’Hermitage – Toile de Marie Madeleine repentante par Titien
Jeannine Castel

 

Publié dans:Art |on 29 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

L’hermitage

images

Musée colossal, lieu de refuge pour visiteurs,
Fondé pour abriter le meilleur dans l’âme
Tel que Catherine II a vu sa grandeur,
L’histoire russe se remémore en ce Palais
Où les esprits hantent les mélodrames
D’artistes, Empereurs, de tout un célèbre défilé.
Ce musée immense où j’ai pénétré, m’a écrasée
Par la variété des trésors qu’il nous dévoilent,
Où je pris plaisir à m’embraser
Au cours des promenades à travers ses toiles.
Intarissable, l’Hermitage m’a absorbée,
Attirée par les motifs raffinés de ses sols précieux,
Ses plafonds magnifiques, ses moulures en sorbets,
Charmée, envoutée par les vues qu’un soleil radieux
Eclairait, depuis les fenêtres de ce monde féérique,
La Néva, la Place du Palais, l’Amirauté,
Près de cet édifice aux collections frénétiques
Où en quelques heures j’ai entrevu la beauté.

 

 

13 Septembre 2000
Jeannine Castel

 

Publié dans:voyage |on 28 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Augustine et la susu

images

La susu d’Augustine est tombée
Sur le trottoir encombré de saletés …
Aussitôt cris et larmes du bébé
Ont retenti, un drame pour la tétée !
La tête camouflée sous un bonnet,
Ce petit zèbre aux couleurs orangé
Hurla les sanglots d’un retentissant sonnet,
Calma son chagrin sur un bruit étranger
Que fit Léonie, aux grands yeux de chat,
Tandis que maman secouait gentiment
Son petit bout de chou attaché par un bandana.
Des yeux bleus purs comme le diamant
De gauche à droite allaient promenant,
Cherchant désespérément une tétine.
Son pouce ne remplaça pas l’engouement
Pour cette amie d’un Palais qu’Augustine
Découvrit un jour de forts beuglements
Pour le bonheur de son environnement.
Le bus est enfin arrivé, court instant,
Juste le temps d’admirer ce décor charmant
D’une scène de rue,
D’un dessein animé inattendu.

 

27 Janvier 2016
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 28 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Précipitations

images

Les jours de trouble tête en ce quotidien,
C’est une dure quête face aux biens
Nécessaires à ma survie, je peine
A devoir favoriser cette gangrène
Qui m’oblige à écrire en de tels remous
Qui fascinent, m’enlisent dans leur boue.
Le chat délaissé miaule tristement,
A la porte gratte impatiemment.
Le bus qu’il me faudra prendre,
La garde à domicile à entreprendre,
Les frites à mettre au four,
Le boudin du sang des vautours.
Une pendule éprise de vitesse,
Hélios le chat que la faim oppresse.
Je serais si bien près de toi
Quand tu t’invites sous mon toit,
Sans rendez-vous, au coeur de ma tempête,
M’isolant des folies qui me guettent.
Pour quelques mots, quelques écrits,
Qui me maintiennent en sursis,
Qui nous rejoignent dans nos différences
Cherchant l’euphorie des grandes vacances.
Ma maison est en souffrances
Car point ne connait l’abondance.
De cette ronde endiablée de l’écriture,
D’esprits épris d’aventures.

 

 

20 Novembre 2015
Jeannine Castel

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 27 janvier, 2016 |Pas de commentaires »
12345

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus