Archive pour novembre, 2015

Le Perroquet et l’agneau

images

Un perroquet égaré d’une cage se posa
Sur la branche d’un arbre qui l’invita
Pour une pause dont il eut quelque inquiétude
Comment allait-il prendre de l’altitude ?
Il fit un tour, le deuxième lui assura
Qu’il avait bien la tête en bas.
Il reprit une attitude plus noble
Tel un Seigneur qui contemple ses vignobles.
Quand il vit au ravissement de son mutisme
Un agneau qui bêlait quelque animisme.
Il raccourcit son vol de quelques branches.
Ainsi il apprit que c’était dimanche,
Qu’une saignée attendait ce malheureux,
Ce qui assombrit ses cieux.
« Va jusqu’à ma cage, abrite toi
Et je prendrai ta place face aux abois »
Quand vinrent les saigneurs, un langage vulgaire
Laissa pantois ces mercenaires.
Ils ne trouvèrent fête, interloqués,
Ils injurièrent le perroquet.
Le perroquet s’envola …
Bredouilles, ils furent ce jour là.

 

A vous dire gens d’écoute qui saignez en ce pays
Je vous ai ravi quelques calories
L’agneau et le perroquet vous remercient.

 

15 Février 1993
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Je sais pas

images

A petits pas, l’amour se déclare.
A grands pas, il vole pour une gare.
Au pas, au pas, anxieux, il s’égare
D’un pas inquiet où l’autre s’amarre.

D’un pas sûr il vient, confiant et serein
Vers celui qui lui tend la main,
Heureux de partager ce sentiment qu’il ignore
Puisque amoureux, il aveugle ses météores.

Ainsi au pas du jour, il goûte la profonde nuit,
Aux pas d’efforts se réjouit,
Digère ce besoin, il y puise vie.
Au pas, il conduit jusqu’à Lui.

Lui, un autre pas, qu’il idéalise
Jusqu’à fumer pour un être qui stigmatise
L’assurance d’une éternité… Lui intervient …
Le pas marqua le sien.

De ce pas réchauffé où vibrent mes vertèbres
De tant de pas que j’offris à ces célèbres
Pas enjoués qui me portèrent jusqu’à toi,
Toi qui de tes pas me redonna joie.

 

6 Février 1993
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

ÉVASION

images

Dans l’obscurité du salon
Des rais de lumière s’agitent.
Sur le sol recouvert de malons
Des ombres chinoises palpitent.
Sous le souffle silencieux du vent
Ces images animent mon rêve mouvant.
Une étoile luit sur le montant
D’une table en métal, relique d’antan.
L’heure est suspendue à mon ennui.
Un labeur qui me pèse, j’essaie
De trouver motivation en ce réduit
Dans cette famille d’Écossais.
Dans l’obscurité du salon
L’argent devient ma prison. 

 

28 Novembre 2015 - Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 29 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Jolie rascasse

images

Jolie rascasse
Te souviens-tu
De la Batterie-Basse
De la flèche pointue
De cet hurluberlu ?

Jolie rascasse
Te souviens-tu
De Manatee
Des invités
En cale-basse ?

Jolie rascasse
Je me souviens
De tes fonds de mer
De cet Ecume de mer
Au parfum de mélasse.

Jolie rascasse
Tu me reviens
Sans les chiens
De bronze, immortelle,
Pour tant de gamelles !

 

26 Novembre 2015
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 27 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Premier froid

images

Un vent froid dénude les arbres
La chaleur est de marbre.
L’hiver vient nous faire savoir
Qu’engelures et gerçures ont déserté les lavoirs.
Le tambour a remplacé le battoir,
La lessive sèche encore sur les étendoirs.
Doudounes, polaires, couettes sont de retour,
Un peu de douceur sur ces mauvais jours.
Le ciel d’un bleu pâle accueille les tourments
Que divulguent avec force les rafales de vent.
Les feuilles recroquevillées, des dernières secousses
Attendent ce détrousseur de frimousses.
La terre est dure, craque sous les pas,
Quelques flaques ont gelé ici et là.
Les mares aux reflets de nacre surprennent
Les canards, pantois, qui vont et viennent.
Un soleil pâlichon sur la Provence engourdie
N’est plus le favori en ces jours. Abasourdi
Par tout ce capricieux changement climatique
Ses rayons contaminés deviennent lunatiques.
Un vent froid souffle, déséquilibre les passants
Qui rêvent, déjà, à l’arrivée du printemps.
Des nuages sur ND du Mai restent en garnison …
Souffle, souffle, le vent fripon.

25 Novembre 2015
Jeannine Castel

 

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 26 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Chrysalide

images

Passage à vide
Plein des lendemains
Passage souterrain
De pages avides
Où le savoir badin
Me poussa à tes fins
Poète à l’esprit intrépide
Qui flirte avec entrain.

Sur mes rêves stupides
J’ai connu la faim.
Passage à vide
Lendemains acides
De ces terres arides
j’ai comblé ce vide.

24 Novembre 2015
Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 25 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Echelle

images-33

Il est aujourd’hui
Enlisé dans la veille
Il est demain
Menu de la veille.

Il est aujourd’hui
Présent de la veille
Il est demain
Sommeil sur merveille.

Il est aujourd’hui
Funérailles de la veille
Il est demain
Résurrection de la veille.

Il est aujourd’hui
Attente de la veille
Il est demain
Vieux de la veille.

Il est aujourd’hui
Beni sois-tu Seigneur
Il est demain
Rendons grâce au Seigneur !

 

22 Juin 1992
Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 25 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Au miroir …

images-32

Je suis toi seul,
Mes yeux tu mets,
Je vais, tu viens,
Tu vois l’esprit.

 

 

IAM

AMI
Aime, Haï
AMI
Mais …
AMI ?
Mia …
AMI !
Ya ! Aime.
AMI 
A Miami.
AMI.

 

12 Décembre 1989 – 5 Novembre 1986

Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 23 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

A la jeunesse

85753571_o

Lorsque passant le seuil après une journée
De labeur, je tourne enfin la clé,
J’ouvre la porte de mon intérieur
Qui affolé, crie muettement d’horreurs.
Ce qu’une journée apparemment tranquille
Peut rapporter à mes oreilles fragiles,
Peut taire à mon inquiétude galvanisée
Un libre cours sur mes pensées.
Quel sacré miracle il faudrait
Pour donner vie à ces entités.
Le masque est là qui attend,
Camoufle, refoule, mes débordements.
Ecoeurée de toutes ces sournoiseries calculatrices,
j’ai pitié pour cette jeunesse en coulisse.
Je me penche sur vous chers enfants,
Vous payez de vos ainés les tourments.
Ils n’en sont pas conscients, pardonnez leur …
Mais vous préoccupez-vous des valeurs ?
Je souffre pour vous dûr secret
D’une puissance pleine de décrets.
Le réveil est féroce,
Pauvres et innocents gosses.
Je vous demande pardon
Pour ce que j’avais cru être bon.
Trop facile me direz-vous,
Je suis d’accord avec vous.
Bâtir ensemble un avenir meilleur
Pour reconstruire sur ces temps de malheurs.

 

13 Novembre 1986  -  21 Novembre 2015
Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 21 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Haut les coeurs !

images-31

Ils sont venus, ici et là,
Poussés par les vagues, par calme plat,
Quelques uns ont coulé, inoffensifs,
Ils sont venus pour des explosifs.
Dans ce désordre de flots humains,
Leur stratégie ils ont rejoint.
Dans ce tumulte, fuyant la guerre,
Ils ont débarqué pour leur guerre.
Forts de leur idylique pouvoir, ils espèrent
Semer leur idéologie planétaire.
Dangereux faussaires au nom d’Allah,
Leur réseau explose où on ne l’attend pas.
C’est une fourmilière bien organisée
Qu’il va nous falloir durement carboniser.
Deuils, deuils sur la France,
Les bombes se fabriquent en silence.
L’un voyage, l’autre rapporte,
S’ouvrent et se referment les portes.
Un profil mondial en pleine confusion …
Soudés, unis, nous vaincrons leurs illusions.

 

20 Novembre 2015
Jeannine Castel.

Publié dans:Attentats |on 20 novembre, 2015 |Pas de commentaires »
1234

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus