Un soir de répétition

images                                     à Henri Tiscornia

Dissonance d’une portée musicale
L’accord n’est plus au diapason
Point d’orgue sur les bacchanales
La clé est sous le paillasson.

Les double croches ont perdu le tempo…
Décomposées, elles sonnent faux.
Noires pointées sont les alto,
La mesure fait le gros dos.

Bouillie aux chats, une, deux, trois,
Les blanches rassemblent le choeur.
Les nuances ont chaud et froid,
Le départ des basses réjouit les coeurs.

Mémoire musicale du fil des jours,
Les oreilles souffrent de justes notes,
Font grise mine à ces atours …
Les voix tombent et clapotent.

Jesu, meine Freude, Mendelssohn soupire.
Comptez, comptez, les ténors !
Les soprano perdent le sourire.
Comment ne pas perdre le nord !

1 Décembre 2005
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : Musique |le 2 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus