Peractorum

16113004_1276823612384673_9000002384358048461_o

Jusqu’au bout du chemin
Je serai là pour toi …
Petit oiseau redis-le moi,
Toi, si fragile, si incertain.

Même en latin, vois-tu,
Comment suivre tes allées-venues ?
Juste le temps d’un aperçu …
Déjà tu as disparu !

Il me reste cette photo de toi,
Mon petit bruant à moi.
Je serai là pour toi !
Mais où es-tu, dis moi ?

Si je pouvais dans ma main
Te protéger de mes câlins,
Peut-être au bout du chemin
M’attendrais-tu en fin ?

Fragilité des êtres
Naître et disparaître
Peractorum nous deux
Pour un ciel radieux.

Jusqu’au bout du chemin
Une illusion est tombée ce matin
D’un petit oiseau, messager discret,
Ensemble face aux regards indiscrets.

 

20 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photo : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

Publié dans : Littérature et Poésie | le 23 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

J’aime la pluie

16142444_392512044436832_2326371121299086738_n

Invitée de nuages gris, ivres,
Accompagnée d’une direction sans pupitre,
La pluie à grosses gouttes surprend
Dans un lever de rideau les gens.

Une batterie pour seul instrument
Tinte sur ce pluvieux divertissement
Offert par les avances du printemps
Pour fêter la fin de l’hiver givrant.

Ce ballet mis en scène par la pluie
Est donné en l’honneur du parapluie,
Dont l’accueil à chacune de ses venues,
Reçoit cette flotte tombée des nues.

Du déluge aux caniveaux des rues
Elle inonde, abreuve de ses crues.
Fantasque elle harcèle la terre,
De ses sècheresses, elle la désaltère.

Bousculée par le vent, elle fouette
Les passants qui rêvent d’une couette.
D’un sourire du ciel elle s’arrête,
Laisse de son passage un champ de défaites.

J’aime la pluie douce et fine
Qui berce mes rêveries de gamine.
Je m’endors en écoutant ses comptines
À l’abri, isolée de ses bruines.

 

22 janvier 2017 – Jeannine Castel

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Plumes et paillettes

15994509_1274616869272014_8410825440270100666_o

Plumes et paillettes
Des mots plein les mirettes
Le marais est en fête !
La rémiz penduline, petite coquette,
Sort de sa cachette.

Paillettes et plumes
L’encre des porte-plumes
Chasse la brume,
Efface l’amertume
Des frissonnantes plumes.

Plumes et paillettes
Laissons aux oubliettes
Ces vils trouble-fête,
Ces coureurs de jaquette
Aux plumes en goguette.

Paillettes de plumes
Revêtues d’or, allume
La splendeur du costume
Qu’une rémiz penduline hume
Pour le bonheur de ma plume.

Plumes et paillettes
Monde du poète.

 

17 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photo : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

Publié dans : Littérature et Poésie | le 22 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Le poète

16106048_617826125084133_944976396831404192_n

Cette toile « Le poète »

oeuvre de l’artiste peintre Anne-Marie Torrisi

m’attendait depuis 2015, année de sa création.

Un beau souvenir d’une rencontre avec une artiste peintre 

au génie époustouflant.

Vous tous qui venez me lire c’est avec plaisir

que je partage cet évènement.

Merci à vous tous, merci au génie de la poésie !!!

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 21 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Mon graal

15994951_755840917900728_4892174371841460359_o

Illusion de croire au partage …
Chacun tire à soi ses avantages
D’un partage mis en évidence
Délaissé pour plus d’importance.

Réussir à tout prix sa renommée
Au détriment de l’autre assommé,
Mettre au rebut les idées créatrices …
L’ombre nuisant à ses désertes rives.

Vivres coupés, on vit de son renom
Mais la lassitude qui habite ces agrions
Est telle, que bien vite les ficelles
Pour d’autres marionnettes excellent.

Mon graal tant convoité, idyllique fiction,
D’un roitelet d’infime satisfaction
Se voit combler ce flou d’une introspection 
Dans une coupe toujours en eurovision.

Certes sur les cinq doigts de la main
Il est encore de sincère pèlerin …
Mais jusqu’au graal, fuite sans fin,
Qui partagera ce bout de chemin ? …

Mon graal et sa lie de vin …

 

17 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photos : Sébastien Majerowicz nature Photographer

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 21 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

L’orchidée

15936761_1656145478019452_3931662374017713100_o

Nectar sucré au parfum agréable,
L’orchidée d’une oligophilie aimable,
Attire l’objectif de passionnés pollinisateurs.
Elle séduit de stratagèmes le flashouilleur.
D’une forme attractive, patiente, épanouie,
Elle sait captiver d’un record inouÏ
Au rythme des rafales qui la fécondent
Le regard que contemplera le monde.
D’une extravagance sophistiquée elle se cache,
Comme l’angraecum en forêt malgache,
Aux sphinx dont les trompes mal intentionnées
Viendraient en spirale l’éperonner.
Leurre visuel de la belle fleur entrevue,
Mimétisme visuel dans un entrebâillement nu,
Subterfuge extraordinaire sorti de terre,
Tige ailée baignée d’une douce lumière.
L’idylle, perturbée par l’obscure présence,
Met l’admirateur devant l’évidence
D’une chambre ardente en grandes souffrances.
Le choc de cette beauté peut, avec violence,
D’un tactile attouchement vous catapulter
Sur les gouttelettes d’un territoire redouté.
Nauséabond ou enivrant en ses parois
Le cauchemar sera selon son choix.
Sur le toboggan de sa mystérieuse courbure
L’orchidée n’est pas de tout repos pour l’aventure.
Une orchidée terrestre sans carnet de culture
Ne pourra s’épanouir sans bonne température.
Muni d’une résine collante vous aurez la chance
D’y voir bâtir un nid … oligophilae …

15 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photos : GS-photo sur Facebook

 

 

 

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 19 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Lueur nocturne

à Umbertha Richeux

15875384_1285555831507983_7994279231124229563_o

Un chat noir
Aux yeux de lune
Rêve ce soir
D’une lueur opportune.

Un chat noir
Menaçant et féroce
Pour la fée Carabosse
Apparaît ce soir.

Lueur nocturne
Un anneau de Saturne
Vient ce soir
Nous dire bonsoir.

Et toujours le champignon …
Ingestion d’illusions
Pédale à la reproduction
Hallucinations et contusions.

Un chat noir
Aux quenottes aiguisées
Attend dégrisé
La Paix en ce terroir.

Alliance d’une promesse
Merci Umbertha
De ton premier pas
Sur ces feux de détresse.

Un chat noir
Aux yeux de lune
Dans un trou noir
Cherche fortune.

11 janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photos : NASKA Olivier photographies sur Facebook

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 18 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Le coq

IMG_0994

Un coq pétant le feu
Tout fier, tout radieux,
Se vantait à qui mieux mieux
De son poulailler merveilleux.
Gonflé à bloc, idole des stades,
D’autre cocorico, point sur l’estrade,
Ne pouvait, même en camarade,
Venir en ce lieu battre la chamade.
Un jour, l’horrible fantaisie le prit
D’exiger de ses poules en batterie,
De pondre un oeuf carré ! Ouais ! …
Ambitieux d’une plus grande renommée,
Tel un croupier attentif aux numéros,
Il attendait déjà, comme un héros,
De voir tomber sur le carreau
Une quadrilatère coquille au front nouveau.
Les poules déprimées, pondaient, pondaient …
Espérant toujours qu’un joli dé
Ferait la gloire de ce maître chanteur
Qu’elles souhaitaient voir, les jours d’horreurs,
Embroché pour un vin d’honneur.
Parti un jour remplacé son monocle,
Elles enfermèrent le vigile dans sa caracoque,
Partirent manifester auprès de Dame Anne-Marie
Responsable de tout ce cococharivari.
A l’écoute, pour les calmer, elle leur offrit
Cocardes, label rouge … moindre prix
Pour ces cocottes abusées par un tortionnaire
Farfelu, matcho, un coq révolutionnaire !
Puis s’en retournèrent au bercail, rassurées
Par cette belle amie qui les avait décoré
Avec promesse de trouver un compromis
Pour un oeuf carré qu’elle avait omis.
En attendant, la procession par wagonnets
Passe et repasse sous l’oeil d’un coq galonné
D’un label en attendant le gros lot …
Pensez, un oeuf carré sous son chapiteau !
Cocorico ! Quel loto ! Cocorico ! Coco..

 

15 Janvier 2017 – Jeannine Castel
toile de l’artiste peintre Torrisi Anne-Marie : Le Coq
site officiel : annemarietorrisi.com

Publié dans : Littérature et Poésie | le 17 janvier, 2017 |2 Commentaires »

Ecoute !

15965936_1655709458063054_1427140744830334697_n

Ecoute ce que ton coeur te dit
Dans le silence de la nuit.
Je n’entends plus vos voix,
Chers disparus que j’aimais parfois.
Vous êtes là, muets comme des carpes,
Plus le moindre son de harpe.
Du poêle à mazout à la chaufferette
Vous restez de glace aux allumettes.
Vos sons se sont éteints pour des stations
Qui ont détrôné la verve de vos éditions.

Ecoute les grésillements de ces anciens temps …
J’ai tourné le bouton au soir couchant,
Balladé l’aiguille au lever du soleil,
Sur mes insomnies, mes moments d’éveil,
Vous mes compagnons, illustres paroliers,
Devenus aujourd’hui beaucoup plus familiers.
D’un plus simple appareil il me suffisait
D’écouter, d’imaginer, non grisée.
Je revois mon père dans son lit vous écoutant,
Chanson dédicacée à un prétendant …

Ecoute ce que te chante le souffle du vent !
Mais mon coeur comme ces appareils d’antan
A l’âge de ne plus rêver sans se cloîtrant.
C’est fou dans sa tête d’avoir encore vingt ans !
BOSE refuse de croire aux signes des années …
Mourir comme une jeune d’une remontée damée.
Yesterday enchaîne, vieille et douce rengaine.
La vie au passé n’est pas de bonne aubaine.
Chercher une nouvelle vie, êtes-vous venus ?
Ecoute ! … entends-tu ?…
Les chants d’amours
De ces beaux jours …

 
Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photos : GS-photo sur Facebook

Publié dans : Littérature et Poésie | le 16 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Le séducteur

16002749_614407855425960_2425733050863328066_n

Les yeux en amande
Sans pensée pour Fernande,
Hobby le séducteur,
Un cigare en éclaireur,
Tire entre deux patins
Un rituel baratin.
C’est pour mademoiselle Lolo,
D’un hiver toujours chaud,
Qui trouve que sa tête
A une drôle d’épinette.
Entre deux bouffées,
Elle se voit étouffer
Sous les brûlants bécots
D’un impressionnant chalumeau.
Une bouche ne suffirait
A ces assauts désirés.
Elle joue de son épaule
Pour garder le contrôle
De ses deux microsillons
Avant le sublime abandon…
Sous ses boucles bien rangées,
Elle attend, pour vidanger,
Que le mégot soit jeté
Pour dans ses bras se peloter,
Se perdre dans les enchantements
Pour sa collection d’amants.
Cette idole, de ce charmeur,
Connaît son talent de séducteur,
Collectionneur de belles étoiles.
Vous charmera-t-il de cette toile ?
Lolo n’est pas jalouse du tout !
Elle connait son charme fou.
Quel duo ! … ils n’attendent que vous !

13 Janvier 2017 – Jeannine Castel
toile de l’artiste peintre Anne-Marie Torrisi : Le séducteur
site officiel : annemarietorrisi.com

Publié dans : Littérature et Poésie | le 15 janvier, 2017 |1 Commentaire »
12345...91

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus